Les archives de la Compagnie des Mots

lundi 1 octobre 2012

Metin Arditi« Metin Arditi »

Neuf romans et récits publiés depuis Jonction, en 2001. Avant, il y aura eu cinq essais dont deux consacrés à Jean de La Fontaine qui a longtemps été son unique livre de chevet. Suivront Victoria-Hall en 2004, La Fille des Louganis en 2007 et Loin des bras en 2009, qui raconte la vie d'un pensionnat suisse et select en 1959, et vaut à l'auteur d'être repéré comme valeur sûre par la critique française. Le Turquetto (Actes Sud) est le quatrième livre de Metin Arditi dans lequel la peinture est le personnage principal. Se réclamant de son amateurisme, il parvient à dire avec une sensualité troublante et une gourmandise d'esthète les matières, les couleurs, le sens et les gestes de l'art. La religion et son pendant terrible qu'est l'Inquisition, mais aussi les codes de la société de la Renaissance dans le bassin méditerranéen sont au coeur d'un roman inventé de toutes pièces, depuis même la troublante signature au bas du tableau exposé au Louvre, qui donne le prétexte à sa trame romanesque. 

Dans la vie, Metin Arditi est versé en musique et préside l'Orchestre de la Suisse romande à côté d'autres activités de mécénat. On trouve aussi un comédien archi connu en France dans sa généalogie compliquée, Pierre Arditi, qui a rencontré son cousin sur le tard et enregistré comme un clin d'oeil la version audio de Dernière Lettre à Théo publié en 2005.